Définition : Synonyme : hypochondrie esthétique, hypochondrie dermatologique, obsession de la honte corporelle. Sigmund Freud l’a décrit dans l’Homme des Loups, qui se préoccupait du nez. Le patient y manifeste une préoccupation excessive pour un défaut réel (avec matière) ou imaginaire (sans matière). Cette partie du corps est vécue par le sujet comme déformée, inesthétique. Normalement, la partie du corps est habituellement les cheveux, les seins, les organes génitaux, le nez. Plusieurs parties peuvent être affectées successivement ou simultanément. Le patient peut subir de multiples interventions chirurgicales pour corriger ce défaut, y compris des mesures extrêmes comme l’autochirurgie. Cette croyance peut avoir le caractère délirant dans le cadre d’un trouble délirant somatique ou le caractère surévalué de l’idée dans le cadre d’un trouble dysmorphique corporel selon le DSM-IV-TR ou un trouble hypochondriaque selon la CIM-10.
À un moment donné de notre vie, nous avons tous été complexés par un défaut physique ou submergés par une partie de notre corps que nous n’apprécions pas. Mais…. que se passe-t-il quand un petit complexe devient une pure obsession ?
La dysmorphophobie est le nom de ce que l’on appelle le trouble dysmorphique corporel, qui s’inscrit dans les troubles somatoformes. Littéralement, c’est la phobie ou le rejet exagéré d’une partie de son propre corps.
Désirer une image parfaite ne signifie pas avoir un trouble psychologique, mais lorsque le souci du corps et l’insatisfaction à son égard ne sont pas conformes à la réalité, occupent l’esprit intensément et fréquemment sous la forme d’idées surévaluées et génèrent un inconfort, interférant négativement dans la vie quotidienne, alors ils peuvent devenir un problème clinique.
Il n’est donc pas étonnant que l’étude du trouble dysmorphique corporel ou de la phobie dysmorphique ait commencé depuis quelque temps, bien que le terme ait déjà été défini en 1886 par Morselli et cité dans divers textes dans les premières années du XXe siècle[cf. Berrios et Kan, 1996). En fait, il y a toujours eu des gens plus ou moins “complexés” par l’acné, les lunettes, les dents déformées, les oreilles saillantes, la petite taille, la calvitie, un gros nez, etc. Toutes ces préoccupations sont, dans une certaine mesure, normales et, à l’adolescence, elles émergent avec toute la force. Mais il y a un groupe de personnes chez qui ces préoccupations concernant les “défauts” du corps et de l’apparence physique, loin de diminuer avec le temps, augmentent ou se maintiennent, produisant un grand inconfort et empêchant une vie normale. C’est alors que l’on peut parler de trouble dysmorphique corporel. Dans tous les cas, la dysmorphobie, comprise comme une préoccupation pour l’image corporelle, peut être un symptôme présent dans différents tableaux cliniques, comme la schizophrénie, l’anorexie mentale, l’obésité, la boulimie, la phobie sociale, le frastomo obsessif-compulsif, la dépression, etc. (Birtchnell, 1988 ; Neziroglu et Yaryura-Tobias, 1997), mais elle peut aussi être un trouble en soi. Cette dernière condition est mentionnée dans le présent article.
La dysmorphophobie : De quoi s’agit-il exactement ?
Il s’agit d’un problème de distorsion de l’image corporelle, donc, les symptômes sont liés à l’obsession vers une partie concrète de l’aspect physique du sujet.
La personne qui en souffre ressent un souci constant et excessif d’un défaut physique, réel ou imaginaire. Si un tel défaut physique existe dans la réalité, les niveaux d’anxiété vécus sont exorbitants, tels qu’ils le perçoivent d’une manière exagérée, et peuvent avoir des problèmes émotionnels importants ou l’isolement social. Il est important de souligner qu’il ne s’agit pas d’un problème d’image de soi lié aux troubles de l’alimentation (comme dans le cas de l’anorexie) ou à l’identité sexuelle (qui se manifeste par un rejet envers son propre corps, en particulier les organes génitaux).
LE CONCEPT ET LES CARACTÉRISTIQUES DU TROUBLE
Le trouble dysmorphique corporel peut être défini, selon le DSM-IV (American Psychiatric Association, 1994), comme une préoccupation excessive pour ” un défaut corporel inexistant ou mineur ” (tableau 1). Cette préoccupation est exagérée, produit de l’inconfort et interfère sérieusement dans la vie quotidienne du sujet, rendant les relations interpersonnelles difficiles.
Les personnes atteintes de ce trouble, qui adhèrent obstinément à une appréciation qui n’est pas partagée par la plupart des gens, ont peur que d’autres personnes remarquent le défaut physique allégué, se sentent coupables et honteuses, s’inquiètent à répétition, surévaluées ou délirantes, évitent les situations sociales et les expositions corporelles, ont des rituels et cherchent constamment un traitement médical et esthétique. Parmi les préoccupations les plus courantes, mentionnons les préoccupations des hommes au sujet de la taille du pénis.
Comme dans les autres tableaux cliniques, les symptômes sont présentés en trois niveaux de réponse, qui sont particulièrement mis en évidence lorsque le patient est confronté à des situations dans lesquelles le “défaut” peut être visualisé ou commenté (Rosen, 1995) (Tableau 3). Les comportements d’évitement peuvent se référer à l’évitement de situations sociales, mais aussi au fait d’éviter l’image de son propre pénis dans le miroir ou de refuser de changer de vêtements devant les autres (dans un gymnase, par exemple). Cette évitement peut être total, lorsque le patient est enfermé dans la maison, ou partiel, lorsqu’il adopte des comportements de camouflage (certains vêtements larges, éviter les pantalons serrés, placer un pull couvrant les parties génitales…) en présence des autres personnes.
L’évitement, dans les cas les plus graves, peut conduire à un isolement social extrême, éviter les relations sexuelles, le célibat même éviter la masturbation ; il peut même conduire à des tentatives de suicide.
Dans ce contexte, des rituels de test peuvent également se produire, comme l’examen répété du corps devant le miroir, la vérification que personne ne peut remarquer visuellement le volume des organes génitaux et des comportements rassurants, comme les demandes répétées d’informations rassurantes ou la comparaison constante avec les autres. Le but de tout ceci est de contrôler le souci causé par la visibilité possible du défaut.
D’autres conséquences comportementales du trouble sont le début des traitements cosmétiques, chirurgicaux, dermatologiques, soit en se sentant gêné par la taille des organes génitaux, ou l’existence des organes génitaux masculins, dans cette maison aurait à faire un diagnostic différentiel avec transsexuality.
Au niveau cognitif, différentes altérations peuvent apparaître.
Niveaux de réponse modifiés dans le trouble dysmorphique corporel
Niveaux Réponses psychophysiologiques : Réponses du système nerveux autonome (transpiration, tremblements, difficultés respiratoires, etc.).
Comportement : Comportements d’évitement et de camouflage. Rituels de test et de réassurance.
Cognitif : Comportements d’évitement et de camouflage. Rituels de test et de réassurance.
Préoccupations. Distorsions perceptuelles. Croyances irrationnelles. Comparaisons avec d’autres.
Des distorsions perceptives de l’image corporelle ou dans ce cas des organes génitaux peuvent survenir. La personne est convaincue de l’existence du défaut, soit par la taille ou la forme du pénis principalement ou par l’existence de la même chose dans le cas de se sentir comme une femme.
Des verbalisations négatives sur le corps qui peuvent conduire à un profond mépris de l’apparence physique et, en fin de compte, à un manque d’estime de soi. Ces croyances irrationnelles, telles que le défaut est la preuve de l’impossibilité d’être aimé ou apprécié, ou même un signe de faiblesse ou d’insuffisance dans les relations sexuelles.
Ainsi, il y a des patients qui sont conscients de l’intensité, de la durée et de la fréquence excessives d’une idée, par exemple en pensant que le patient a un pénis trop petit ou que c’est un pénis très courbé. Il est vrai que certains patients surdimensionnent d’abord un fait réel, par exemple l’existence d’un micropénis, ou d’un petit pénis, ou encore la possibilité d’avoir un pénis courbé ou de souffrir de la maladie de la Peyronie, mais la manière d’affronter un événement et l’observation constante d’un fait en font un problème sérieux pour l’homme et l’obsession qui en découle.
Ainsi, leur exagération les rend incapables d’arrêter d’y penser[préoccupation pathologique]. Chez d’autres patients, le souci a le caractère d’une idée surévaluée : il est ancré dans le sujet, occupe une place centrale dans sa vie et est chargé émotionnellement. En d’autres termes, il devient invalide pour l’exécution normale de sa vie.
Enfin, les patients sont absolument convaincus de l’existence même du défaut. Dans ces cas, il s’agit d’idées délirantes (dysmorphophobie délirante ou trouble délirant somatique). Dans les cas dramatiques, le patient peut atteindre l’auto-amputation du membre ou générer une surcorrection du pénis en injectant différentes substances telles que des huiles, des silicones liquides afin d’augmenter la taille du membre.
Il n’y a pas de différences qualitatives entre les troubles dysmorphiques délirants et non délirants en termes de psychopathologie associée et de réponse au traitement. Le seul aspect distinctif est la gravité du trouble le plus accentué dans le premier cas.
Le trouble débute habituellement à l’adolescence, entre l’âge de 15 et 20 ans, et évolue de façon chronique. La demande d’aide thérapeutique prend généralement entre 10 et 15 ans, avec la particularité que la demande est plus liée aux complications psychopathologiques générées (dépression, isolement social, etc.) qu’à la maladie elle-même. Ce qui rend difficile de demander de l’aide tôt et explicitement, c’est la culpabilité et l’embarras qu’entraîne le contenu de leurs préoccupations. Les antécédents familiaux de troubles mentaux ne sont pas rares. Plus précisément, la dépression, les comportements de dépendance, la psychose et le trouble obsessionnel-compulsif sont décrits chez les parents au premier degré.
D’autre part, il existe une comorbidité élevée entre le trouble dysmorphique corporel et d’autres images cliniques de l’axe I (phobie sociale, dépression, tentatives de suicide, trouble obsessionnel-compulsif, toxicomanie et, dans une moindre mesure, psychose et troubles alimentaires) (Hollander, Cohén, Simeón, 1993 ; Phillips, Átala et Albertini, 1995 ; Wilhem, Otto, Zucker et Pollack, 1997), ainsi que l’axe II (principalement le trouble de personnalité évitant, obsessionnel-compulsif, dépendant et limite) (Neziroglu, McKay, Todaro et Yaryura-Tobias, 1996). Plus généralement, l’introversion, la faible estime de soi, l’hypersensibilité et l’insécurité personnelle sont également des caractéristiques.
Il y a eu quelques tentatives de faire un diagnostic différentiel entre les patients normaux et dysmorphiques qui ont recours à la chirurgie esthétique. Ces derniers ont tendance à aller voir plus de chirurgiens et à intervenir pour des problèmes multiples. En particulier, elles se caractérisent par un stress disproportionné et des inquiétudes répétées et par le flou de la plainte et de la pétition, ainsi que par des attentes irrationnelles ou magiques. Ils présentent également l’historique de leurs opérations antérieures et de leur détérioration dans tous les domaines de leur vie, avec des problèmes émotionnels et de personnalité (Birtchnell, 1988 ; Hollander et Aronov^ritz, 1999 ; Neziroglu et Yaryura-Tobias, 1997).
TRAITEMENT PSYCHOLOGIQUE
Motivation pour le traitement : Les patients atteints de ce trouble sont souvent motivés à changer physiquement leur apparence extérieure. De cette façon, ils commencent fréquemment des traitements capillaires, dermatologiques, chirurgicaux, amaigrissants, etc. afin d’éliminer leur défaut. Le problème, cependant, n’est pas tant dans l’apparence extérieure que dans l’expérience subjective du corps. Malgré cela, les patients sont très réticents au traitement psychologique, car, n’étant pas conscients du problème réel, la seule alternative proposée est la modification de la façade extérieure.
Objectifs thérapeutiques : Les objectifs prioritaires de la thérapie sont les suivants : la modification de l’auto-verbalisations négatives sur le corps ; le changement des hypothèses irrationnelles.
TRAITEMENT MÉDICAL
Dans le cas où l’obsession irrationnelle d’un petit pénis est basée sur l’existence d’un micropénis, il est essentiel de réussir enfin, commencer par un traitement cognitivo-comportemental d’au moins 2 séances par semaine avec soutien de leur environnement avant de réaliser un traitement médical d’allongement pénien afin que le patient soit adapté à la réalité et dans ce cas, à la longueur du pénis qui peut effectivement être atteint et qui une fois atteint devra travailler sur ce traitement psychologique avec la perception démontrable que la longueur de votre pénis a réussi à se placer dans la moyenne normalisée des hommes.
A la fin des traitements psychologiques et médicaux, le patient doit être conscient que la longueur de son membre est finalement dans la normalité, en lui montrant les tableaux statistiques, en soulignant que la longueur de son pénis appartient au pourcentage normalisé.
S’il y a une courbure réelle du pénis à l’origine de la dysmorphobie, la même procédure sera effectuée, en commençant le traitement psychologique avant de corriger la courbure du pénis. Plus tard, le patient serait remarqué la visualisation de son pénis redressé par rapport à d’autres hommes.
Les procédures thérapeutiques utilisées sont similaires à celles utilisées dans le traitement cognitivo-comportemental des phobies et des troubles obsessionnels compulsifs (Rosen, 1997 ; Raich, Mora, Marroquín, Pulido et Soler, 1997).
En fin de compte, il s’agit de modifier les habitudes qui interfèrent négativement avec le fonctionnement quotidien, d’apprendre à tolérer sa propre apparence et de faire face à des situations (regarder dans le miroir, relations avec les autres, etc.) que l’on évite habituellement (Rosen, 1997).
Une première composante de la thérapie est l’information fournie au patient sur les différents aspects liés au problème. Cela explique ce qu’est le trouble et quelles sont ses caractéristiques, ainsi que la différence entre l’apparence physique et l’image corporelle (cette dernière faisant référence à une construction psychologique).

andropenis gold premium set
androextender

À partir de €99 / 99 Fr. / CA$ 149. Livraison gratuite

Pin It on Pinterest