Les deux organes les plus mesurés du corps humain à travers l’histoire ont été le nez et le phallus. Le nez, placé en plein milieu du visage, est la première chose qui ressort d’un visage, mais quelle est la raison de l’obsession sur la longueur du pénis quand il n’est pas en vue car il est caché dans les vêtements ?

Depuis des temps immémoriaux, l’homme a couvert sa nudité, d’abord pour nous protéger du froid, mais aussi pour nous protéger des menaces extérieures. La peau humaine semble avoir évolué pour ressentir et percevoir des sensations agréables telles que des caresses ou des câlins, des centaines de terminaisons nerveuses ont fourni cette capacité de notre peau. Si nous nous comparons à d’autres animaux avec des exosquelettes, ou recouverts d’une fourrure épaisse, notre corps est sans défense contre toute agression climatique ou d’un autre être vivant. C’est la raison principale pour laquelle nous évitons la nudité, et même si nous sommes inquiets de la taille du membre viril, il sera intéressant de chercher l’explication et nous essaierons de la trouver en nous immergeant dans différentes disciplines comme l’anthropologie, la physiologie, la biologie, l’éthologie, la sociologie et la psychologie. Toutes ces branches du savoir peuvent fournir une vision intéressante et nous trouverons peut-être un lien commun pour répondre à notre question.

Nous pouvons nous arrêter à l’un des instincts animaux les plus importants, la reproduction ou la survie de l’espèce qui déterminerait le comportement des premiers hominidés. Selon la discipline de l’éthologie, nous avons trouvé une étude intéressante de l’American Ornithological Society Journals https://academic.oup.com/aosjournals/?code qui démontre que la compétition sexuelle entre canards détermine la taille de leur pénis. L’étude révèle que la longueur et la morphologie des organes génitaux des canards changent en fonction de leur environnement social. Ainsi, les mâles qui souffrent d’une grande compétition ont tendance à développer des phallus plus gros que ceux des mâles qui vivent dans un environnement moins compétitif, ce qui répond à une stratégie claire à la difficulté d’avoir à concurrencer un grand nombre de mâles pour copuler avec la même femelle.

Si nous étudions l’anatomie du pénis humain, nous observons comment deux parties sont différenciées, la tige du pénis et le gland. Le renflement du gland et la disposition perpendiculaire de la couronne sont caractéristiques du mâle. Selon une étude de Gordon G. Gallup, Jr. “Le déplacement du sperme comme stratégie de compétition du sperme chez l’homme”.
https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/147470490400200105 argumentent que le pénis humain a évolué de cette façon pour déplacer le sperme de rivaux dans la compétition du sperme. En analysant l’étude, on peut observer que l’anatomie du pénis humain a évolué pour être introduite dans le vagin de la femme et, pendant les rapports sexuels, la mission du gland serait d’extraire du vagin le sperme d’un autre homme s’il en existait un, laissant l’entrée de l’utérus libre pour inséminer la femme ultérieurement avec son propre sperme.
Les humains sont passés d’un groupe de nomades et de chasseurs à la promotion d’établissements stables avec collecte de récoltes pour assurer l’alimentation de leur population. Certaines études anthropologiques indiquent que dans de nombreuses tribus indiennes amazoniennes, on pense qu’une femme a besoin de recevoir du sperme de différents hommes pour devenir enceinte. Les femmes cherchaient à avoir des relations avec plusieurs hommes pour que leur fils puisse hériter du meilleur de chacun : le meilleur chasseur, le plus fort. L’étude l’est : Evolutionary history of partible paternity in lowland South America. https://www.pnas.org/content/107/45/19195 . .
Selon l’anthropologue évolutionniste Kit Opie de l’University College of London “nos ancêtres, les premiers primates seraient des mâles solitaires qui préféreraient vivre dans l’isolement, ne s’unissant que pour l’accouplement”. L’homo sapiens a évolué, est devenu grégaire, formant de petites colonies, créant des sociétés et renforçant la monogamie, mais le vestige phylogénétique de l’importance de la taille du pénis chez l’homme est resté.

Au début des premières civilisations de la culture occidentale, une matriarcat s’est répandu dans la majeure partie de la Méditerranée. Avec les invasions des peuples de la mer, ils ont apporté le patriarcat, mariant les dieux masculins avec les anciennes déesses, les reléguant à une seconde place. Où les anciennes déesses de la fertilité ont été exaltées dans la matriarcat avec des caractéristiques sexuelles secondaires développées avec de gros seins et des hanches faisant l’éloge du pouvoir magique des femmes dans la reproduction. Avec la victoire du patriarcat, l’importance du pénis, symbole du pouvoir de l’homme, commence à être soulignée. Connu avec les images du dieu Priapus avec un grand phallus érigé ou du dieu Dionysius, satyres, etc. Dans les fouilles de Pompéi et d’Herculanum, nous pouvons distinguer sur le linteau de nombreuses maisons la représentation d’un pénis associé à la fortune et la prospérité. Il n’a pas été rare de trouver dans les batailles l’utilisation par les vainqueurs de violations sur les vaincus, dans une démonstration de pouvoir et de triomphe.

Les sociologues, les psychiatres et les psychologues ont saisi cet intérêt profond pour le phallus de l’homme dans de multiples études. Freud le père de la psychanalyse déclare dans la théorie du développement psychosexuel que pendant la phase phallique de l’enfant est dans la zone de l’urètre où réside son point libidinal. La théorie suggère que le phallus devient d’un intérêt primordial pour les deux sexes, catalysant des événements fondamentaux du développement psychosexuel. Ces faits sont ensuite capturés dans la théorie freudienne du complexe d’Œdipe, où l’enfant développe ses premières pulsions sexuelles envers sa mère. La jeune fille réalise qu’elle n’a pas de pénis pour avoir une relation hétérosexuelle avec sa mère et le souhaite, ce qui est décrit comme l’envie du pénis.

Plus tard, de la psychologie comportementale encadrée avec l’identification des variables de l’environnement qui interagissent avec l’homme et produisent une réponse. Depuis des années, les sociologues se posent la question “la taille importe-t-elle ? Sur Internet, on peut trouver des études sur l’affirmation et le déni, mais il est vrai que les études sociologiques peuvent être biaisées par l’auteur pour faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. C’est pourquoi nous abandonnons l’étude sociologique pour nous concentrer sur la psychologie.

Plusieurs études montrent que la visualisation d’un gros pénis influence la réponse sexuelle du partenaire sexuel. Si nous utilisons le langage des psychologues du comportement, un stimulus non conditionné (US) générerait une réponse physiologique non conditionnée (UR), plus le stimulus (pénis plus grand) est grand, plus la probabilité d’une réponse plus grande (plus de désir) est grande. Plus tard, de nouveaux stimuli qui seraient initialement neutres seraient associés à cette réponse, par exemple un corps musculaire, la richesse ou le pouvoir deviendrait un stimulus conditionné (CS) qui provoquerait également une réponse de désir sexuel, cette fois différentielle pour être de stimuli différents (UR).

Le mâle associe le pouvoir, l’argent ou le fait d’avoir un grand phallus pour obtenir des réponses de désir chez la femelle, alors il produit des comportements opérationnels et améliorera tous ces attributs associés au profit et au succès. De même, si nous achetons un costume et que de nombreuses personnes nous flattent (renforcement social), la probabilité que nous remettions ce costume pour être renforcés augmente.

Nous vivons dans de grands centres urbains où nous devons constamment rivaliser avec nos voisins pour atteindre nos objectifs. Il y a une comparaison constante, et de la même manière que les mâles se battent pour s’accoupler, parfois les mâles se comparent les uns aux autres. C’est le cas du syndrome de la garde-robe, https://www.andropenis.com/es/dismorfofobia-pene/ d’abord inventé par le psychologue Fernando Molina-Campuzano, l’homme compare la taille des membres des autres avec la sienne. Dans cette comparaison, nous trouvons une confirmation si la taille est supérieure à la moyenne ou aussi un sentiment de complexité si elle prouve que la taille est plus petite.

Souffrir complexe en raison d’avoir un petit pénis ou micropénis peut conduire à une mauvaise adaptation, l’insécurité et l’évitement des comportements dans lesquels la nudité peut être exposée. Elle peut produire de l’anxiété et, dans certains cas, de la dépression chez le patient.

Aujourd’hui, la science a été en mesure d’offrir une thérapie pour résoudre cette situation. En 1996, le Dr Eduardo Gómez de Diego  a inventé un appareil de traction, appelé Andropenis, qui permet une croissance permanente du pénis. Cette technique s’appelait la thérapie de traction pénienne (PTT). De nombreuses études scientifiques ont confirmé cette invention, comme celle réalisée à l’Université de Turin par l’urologue Dr. Gontero https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1111/j.1464-410X.2008.08083.x.. Les indications médicales de la thérapie de traction pénienne sont appliquées dans d’autres traitements, comme la maladie de la Peyronie qui, grâce au dispositif de traction, corrige les courbures du pénis et restaure les longueurs perdues.
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/jsm.12400

Si nous intégrons les différentes disciplines de la connaissance et leurs études respectives, nous pouvons aborder de manière large la question posée au début, il n’y aurait pas une seule raison mais la somme de multiples raisons qui expliqueraient l’importance que les humains accordent à la longueur du pénis. Les gènes que nous portons, l’influence sociale et culturelle, les aspects biologiques et psychologiques jouent un rôle important dans la réponse à la question de la taille du pénis.

Offres spéciales du fabricant

andropenis gold premium set

À partir de €99 / 99 Fr. / CA$ 149. Livraison gratuite

Pin It on Pinterest